Les contradictions du conseil communal de Cerniat

Note utilisateur:  / 5
MauvaisTrès bien 

Avant de s’engager dans le projet, Monsieur Coissac a demandé et reçu de la commune un courrier qui lui confirme par écrit que la route serait du domaine public. Il est alors plutôt étonnant que dans de nombreux courriers et même en assemblée communale, cette même autorité affirme dorénavant que cette route est du domaine privé… A ce sujet, l'avocat de la commune (Monsieur Morard) indique dans ces échanges avec le tribunaux que "si c'est bien ce qui a été écrit dans ce courrier, ce n'est pas ce qui a été prévu...". Au delà du côté plutôt risible de la missive de cet avocat, devons-nous croire une fois encore, que de fausses informations nous ont été données pour s’assurer de notre participation au projet ?

Enfin, la commune de Cerniat a participé seule (nous n’avions pas été invités à y prendre part et aucune convention de cession du terrain nécessaire à la construction de la route n’a été signée entre la commune et les propriétaires des fonds concernés) à la séance de reconnaissance de la route. Séance pendant laquelle, la commune a reconnu la route « sans défaut ». Pourtant, lors de l’assemblée communale du 25 avril 2006, Monsieur Pascal Andrey, vice syndic reconnaît que « l’ouvrage réalisé ne correspond pas tout à fait à la route mise à l’enquête notamment dans certaines pentes ».  Cette déclaration ne fait que confirmer une partie des propos tenus par Messieurs Coissac et Pierre Andrey dans leurs nombreux courriers au sujet de la non-conformité de l’ouvrage.